Plantes envahissantes

[us_image image=”5418″ align=”center”]

Les plantes envahissantes sont une menace sérieuse et difficile à contrôler.  Éco Verdure propose des solutions efficaces. En voici quelques unes…

[us_image image=”5421″ size=”full”]

La renouée du Japon (Fallopia Japonica)

Elle colonise les bords des plans d’eau, les milieux humides, les fossés, les abords des routes et les milieux perturbés. Elle est aussi fréquente en milieu urbain. On peut parfois voir ses rhizomes percer l’asphalte! Elle forme des peuplements denses qui étouffent les espèces indigènes. Elle a une croissance rapide qui atteint 2 à 3 mètres de hauteur et produit des panicules de fleurs blanc crème à la fin de la saison.

[us_image image=”5433″ size=”full”]

La berce du Caucase (Heracleum mantegazzianum)

Au Québec, la berce du Caucase (Heracleum mantegazzianum) est une plante exotique envahissante. Elle colonise les milieux frais et humides comme les cours d’eau, les bords de routes et les chemins de fer. Sa sève contient des toxines qui sont activées par la lumière et rendent la peau extrêmement sensible au soleil. Elle peut atteindre 2 à 5 mètres de hauteur et porte une grande fleur blanche.

[us_image image=”5436″ size=”full”]

L’herbe à la puce (Toxicodendron radicans)

Elle peut adopter diverses formes : buissonnante, rampante ou grimpante. Ses feuilles lustrées sont alternes et chacune compte trois folioles. C’est une plante ligneuse vivace formant des peuplements denses à l’orée des bois, dans les terrains incultes et en bordure des routes ou des cours d’eau. Elle se répand à l’aide de graines et de tiges souterraines. La sève de l’herbe à la puce renferme un allergène qui cause une douloureuse inflammation de la peau.

[us_image image=”5438″ size=”full”]

Roseau commun (Phragmites australis)

Elle est une des plante les plus envahissante au Québec et en Amérique du Nord. Il est arrivé au Québec au début du vingtième siècle. Depuis, il triomphe. De grandes colonies prennent possession des rives des lacs et des marais mais aussi des fossés et les talus des routes. Le roseau initie de nouvelles populations grâce à la dissémination de ses graines et à l’aide de fragments de tissus.

[us_image image=”5814″ size=”full”]

Herbe à poux (Ambrosia)

L’herbe à poux est devenue l’une des plantes les plus problématiques en milieu urbain. Elle prolifère aux abords des routes asphaltées, sur les terrains vagues et sur les terrains servant de dépôts à neige. Son pollen est la principale cause de la fièvre des foins chez une grande partie de la population et provoque parfois la sinusite chronique ou l’asthme. Les allergies à l’herbe à poux, à elles seules, peuvent représenter un fardeau pour le réseau de la santé au Québec. Elle est donc considérée comme une nuisance et il est important de diminuer ses effets en l’éradiquant de notre environnement.

Impacts et conséquences

Ces plantes exotiques introduites intentionnellement ou accidentellement au Québec causent beaucoup de problèmes et figurent parmi les pires espèces envahissantes de la planète. Le problème majeur, c’est qu’elles s’étendent rapidement et envahissent nos espèces indigènes appauvrissant ainsi la diversité biologique des écosystèmes. Par ailleurs, la berce du Caucase et l’herbe à la puce causent de nombreuses réactions cutanées importantes. Dans la majorité des cas, après un contact avec la sève, une douloureuse inflammation de la peau survient de même que des ampoules ou encore des lésions cutanées parfois graves ressemblant à des brûlures de premier ou de deuxième degré.

Optez pour Eco Verdure !

 

Nous offrons nos services pour éradiquer ces plantes envahissantes nuisibles pour la santé et l’environnement. L’éradication complète est extrêmement difficile c’est pourquoi nous offrons un suivi très étroit tout au cours de l’année. Pour un maximum d’efficacité, nos interventions commencent tôt au printemps et se poursuivent jusqu’à l’automne. Grâce à nos équipements bien adaptés, véhicules de type tout terrain et pulvérisateurs, les opérations s’effectuent rapidement et nous permettent de limiter l’expansion de ces plantes, même sur les terrains difficiles d’accès et accidentés.